turing
A propos de l'Espace-Turing | Partenaires | Nous contacter
twitterfacebookrssyoutube
Accueil > Historique > Historique > Ada Lovelace rencontre Charles Babbage

Ada Lovelace rencontre Charles Babbage

5 juin 1833

Voir en ligne : http://www.computerhistory.org/tdih/
JPEG - 89.7 ko
http://sydneypadua.com/2dgoggles/

En 1832, Ada rencontre Mary Sommerville, éminente chercheuse et auteur scientifique du xixe siècle, qui l’encouragea et l’aida à progresser en mathématiques.
Le 5 juin 1833, Mary lui présenta Charles Babbage, et Ada fut immédiatement fascinée par ses machines à calcul. Ils devinrent très proches, Ada semblant trouver en Babbage le père qu’elle n’a jamais eu.

En octobre 1842, parait en français, dans un journal suisse, une description de la machine analytique de Babbage réalisée par le mathématicien italien Federico Luigi, comte de Menabrea (1809-1896). Charles Wheatstone propose à Ada Lovelace, qui a un bon niveau de français, de traduire ce mémoire pour le journal Scientific Memoirs spécialisé dans les articles scientifiques étrangers.

Elle passa neuf mois, entre 1842 et 1843, sous la supervision de Wheatstone, sur cette traduction. Babbage lui-même n’intervint que très peu, étant malade pendant cette même période, et la traduction lui fut présentée au début de l’année 1843 un peu comme un « fait accompli ». Il demanda alors à Ada pourquoi elle n’avait pas fait elle-même un mémoire présentant la machine analytique, ce à quoi elle répondit que l’idée ne lui était pas venue à l’esprit. Babbage proposa alors à Ada d’augmenter la traduction avec des notes développant et commentant certains aspects du mémoire, idée immédiatement adoptée avec enthousiasme par Ada.

S’ensuivit une période de travail frénétique sur ces notes, en collaboration étroite avec Charles Babbage qui annotait les brouillons, corrigeait les incompréhensions tout en encourageant et félicitant Ada de son travail. Elle ajouta à cet article sept notes, labellisées de A à G, représentant près de trois fois le volume de texte de l’article original. La note G mentionne un véritable algorithme très détaillé pour calculer les nombres de Bernoulli avec la machine.

Ce programme est souvent considéré comme le premier véritable programme informatique au monde, car les algorithmes décrits jusque-là n’étaient pas écrits avec un formalisme, un langage, destinés à être exécuté sur une machine.

A découvrir :
- Une BD amusante intitulée « Lovelace– The Origin »


info portfolio

http://sydneypadua.com/2dgoggles/

titre documents joints


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette | Contact site : marc.monticelli [at] unice [point] fr