turing
A propos de l'Espace-Turing | Partenaires | Nous contacter
twitterfacebookrssyoutube
Accueil > Actualité & Articles > Mathématiques > (Alexandre Grothendieck) Un génie des mathématiques
(Alexandre Grothendieck) Un génie des mathématiques
par Seel Denis


vendredi 14 novembre 2014

indésirable, on le mit dans un camp d’internement.

Enfant, étranger indésirable, on le mit dans un camp d’internement.

Sa fiche :

A. G.
Dit Alex le Poète.
Allemand, russe ?
Mère au camp.
Enfant très intelligent.
Très bon joueur d’échecs.
Réclame le silence pour écouter la musique.
Sinon, enfant tapageur, nerveux, brusque.

Son père, anarchiste, photographe de rue, n’avait qu’un bras, les tirs de la police russe lui avait arraché l’autre. Il disparut à Auschwitz.

Au camp, il apprit à être seul
à penser seul
il passait plusieurs heures par jour à écrire en vers
à jouer avec les nombres négatifs
il y vit le mal
il dut se battre
il continuera à boxer plus tard.

Au lycée, il inventait ses propres exercices et se désintéressait du reste.
A l’université, il réinventa la théorie de la mesure et de l’intégrale de Lebesgue, dont il ignorait l’existence.

Il était apatride.

Il changea de prénom et de nom.

Il trouva une nouvelle version fulgurante du théorème de Riemann-Roch.

Il fit de l’algèbre commutative une partie intégrante de la géométrie algébrique (il réécrit -2000 pages- toute la géométrie algébrique).

Souvent il avait l’impression d’être une taupe.

Il révolutionna l’étude de la nature même de l’espace et de ses points.

Il découvrit des relations cachées entre les objets mathématiques,
des aspects cachées de ces objets,
de nouvelles constructions mathématiques.

Il portait des sandales fabriquées avec des vieux pneus.

Il ne supportait pas les tapis.

Il aima J., M.

Il eut des enfants.

Il ne pensait pas en termes concrets, il ne s’intéressait qu’aux propriétés générales, la pensée axiomatique lui était naturelle.

Il fut membre du plus prestigieux groupe de mathématiciens du siècle. Il l’abandonna.

Il refusa les récompenses, les prix, les bourses.

Il écrivit un livre, resté inédit, au titre paysan : Récoltes et semailles.

Il était en colère contre le monde.

Un jour, il frappa deux policiers.

A 63 ans, sans informer personne, il brûla 2500 pages d’écrits mathématiques et quitta son domicile. Il disparut dans la montagne.
Ses enfants n’ont plus aucune nouvelle de lui.
Quelques rares amis ont pu le rencontrer brièvement.
Il craint l’oeuvre du démon sur terre.
Il est obsédé par le diable et les mesures métriques.
Le diable a modifié la vitesse de la lumière, il a remplacé le nombre entier parfait 300000 km/seconde par le nombre, laid, de 299877 km/seconde.

S’il est vivant, il se cache encore dans la montagne.
Toutes les tentatives récentes pour le trouver ont échoué.

Décembre 2009, Seel Denis

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette | Contact site : marc.monticelli [at] unice [point] fr