turing
A propos de l'Espace-Turing | Partenaires | Nous contacter
twitterfacebookrssyoutube
Accueil > Historique > Vidéos INA > Le rêve américain : le futur
XXème siècle / ORTF
Le rêve américain : le futur
14 juin 1971


vendredi 14 juin 2013

Voir en ligne : Source INA

Troisième partie d’une enquête en quatre volets consacrée au rêve américain présentée par Pierre Dumayet. L’enquête de ce soir, qui veut illustrer le futur de l’Amérique, explore les domaines de recherche : la cybernétique au MIT, l’informatique chez IBM, les télécommunications chez American Express et Bell, l’urbanisme avec le professeur DANTZIG, les communautés et leurs réflexions sur le vivre ensemble, la conquête spatiale avec la NASA, l’océanographie. L’émission se compose d’images factuelles et d’interviews de chercheurs ponctuées d’infographie, d’extraits de films scientifiques, d’une publicité sur la vie technologique du futur,Toutes les interviews sont en français. - Au Massachussets Institute of Technology (MIT) , de jeunes chercheurs développent des projets informatiques innovants. Ils apprennent ainsi à lire à des ordinateurs. Le scientifique Nicholas NEGROPONTE (27 ans) présente en français ses recherches : un ordinateur capable de réaliser des maquettes architecturales à partir de dessin sur tablette graphique. Ses recherches se veulent citoyennes. Il évoque un projet d’ordinateur pour enfant. - A l’université de Stanford en Californie, un laboratoire aidé par le ministère de la Défense fait des recherches sur l’intelligence artificielle et la cybernétique. Un robot obéit à la voix. - Chez IBM, M. GOMORY, directeur de la recherche, évoque l’importance de la miniaturisation et la bêtise des ordinateurs, « plus bête qu’un ver de terre ». M. MENDEMBROT évoque les progrès de la micro-informatique, et la possibilité que chaque famille ait un microordinateur.- Dans un restaurant, le responsable explique le fonctionnement d’un paiement par carte de crédit. Un employé explique le fonctionnement d’une carte « American Express » et d’un nouveau terminal. - Dans les locaux de la société « Bell », Michel COLOMMES présente un téléphone à carte, et un service téléphonique entièrement automatisé, à base de répondeurs vocaux.- Le professeur DANTZIG explique les avantages de son projet de ville optimisé, « Compact City », entièrement souterraine, close et utilisant l’air conditionné. - La jeunesse choisit plusieurs voies : la drogue et les paradis artificiels, ou la vie en communauté. Des membres d’une communauté artistique à San Francisco la « Gestalt Fool », expliquent leur projet et leur fonctionnement : la jalousie et les relations, la question de l’argent. En contrepoint, une étudiante du MIT pense que la technologie ait nécessaire.- M. PINKUS et KAY de la Rand Corporation, laboratoire de recherche majoritairement militaire, présentent leurs objectifs et leurs travaux, notamment un traducteur automatique, une recherche sur l’immobilier new yorkais. - La conquête de l’espace : Oskar MORGENSTERN, économiste à la New York University, explique l’importance de la conquête de l’espace ; Krafft EHRICKE, scientifique à la NASA, à propos de la colonisation spatiale (en anglais). Robert NUNEMAKER explique les difficultés financières de la NASA. - Un ancien physicien au Mexique explique son choix de vivre en communauté. - A Cape Code, un océanographe explique ses recherches sur la communication animale. - Dans le domaine de la médecine, M. MONDENBROT présente les recherches d’IBM sur la septicémie. Le professeur André COURNAND, prix Nobel de médecine, explique l’usage de la technologie dans le suivi des maladies courantes. Linus PAULING, prix nobel de la paix, apporte son point de vue sur la technologie génétique. Des membres d’une communauté s’inquiètent de la technologie de surveillance.- Des sociologues et scientifiques évoquent l’avenir : pour Herbert MARCUSE la science est détournée de son but pour des intérêts militaires et industriels ; Pour M. MISTENIE (?) directeur d’un laboratoire de futurologie à Harvard, la technologie change les structures économiques et politiques dans le monde ; pour M. ROSENBLITT, vice président du MIT, la question est avant tout celle d’une vision politique.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette | Contact site : marc.monticelli [at] unice [point] fr