turing
A propos de l'Espace-Turing | Partenaires | Nous contacter
twitterfacebookrssyoutube
Accueil > Historique > Historique > Naissance de « Bertrand Russell », mathématicien, logicien, philosophe, (...)

Naissance de « Bertrand Russell », mathématicien, logicien, philosophe, épistémologue, homme politique et moraliste britannique

18 mai 1872

Voir en ligne : http://fr.wikipedia.org/wiki/Bertra...
GIF - 25.2 ko

Russell est considéré comme l’un des plus importants philosophes du xxe siècle. Sa pensée peut être présentée selon trois grands axes.

La logique et le fondement des mathématiques : Russell est, avec Frege, l’un des fondateurs de la logique contemporaine. Son ouvrage majeur, écrit avec Alfred North Whitehead, a pour titre Principia Mathematica. À la suite des travaux d’axiomatisation de l’arithmétique de Peano, Russell a tenté d’appliquer ses propres travaux de logique à la question du fondement des mathématiques (cf. logicisme).

Il soutient l’idée d’une philosophie scientifique, et a proposé d’appliquer l’analyse logique aux problèmes traditionnels, tels que l’analyse de l’esprit, de la matière (problème corps-esprit), de la connaissance, ou encore de l’existence du monde extérieur. Il est ainsi le père de la philosophie analytique. Jules Vuillemin le fera connaître en France.

Les contributions de Russell comprennent essentiellement le développement du calcul des prédicats de premier ordre, la défense du logicisme, le paradoxe qui porte son nom et la théorie des types.

Afin d’illustrer le principe selon lequel n’importe quelle proposition peut être déduite d’une proposition fausse, a eu recours à cette identité mathématique. _ À un de ses étudiants en philosophie qui lui demandait : « Prétendez-vous que de 2 + 2 = 5, il s’ensuit que vous êtes le pape ? », Russell proposa la démonstration suivante :
- Supposons que 2 + 2 = 5.
- Soustrayons 2 de chaque membre de l’identité. Nous obtenons 2 = 3.
- Par symétrie, 3 = 2.
- Soustrayant 1 de chaque côté, il vient : 2 = 1.
- Maintenant, le Pape et moi sommes deux. Puisque 2 = 1, le pape et moi sommes un. Par suite, je suis le Pape.


info portfolio

titre documents joints


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette | Contact site : marc.monticelli [at] unice [point] fr