turing
A propos de l'Espace-Turing | Partenaires | Nous contacter
twitterfacebookrssyoutube
Accueil > Historique > Historique > Naissance de « Carl Friedrich Gauss », mathématicien, astronome et physicien (...)

Naissance de « Carl Friedrich Gauss », mathématicien, astronome et physicien allemand

30 avril 1777

Voir en ligne : http://fr.wikipedia.org/wiki/Carl_F...
JPEG - 19.2 ko

En 1796, Gauss caractérise presque complètement tous les polygones réguliers constructibles à la règle et au compas uniquement (théorème de Gauss-Wantzel), complétant ainsi le travail commencé par les mathématiciens de l’Antiquité grecque. Satisfait de ce résultat, il demande qu’un polygone régulier de 17 côtés soit gravé sur son tombeau. En août 1799, il soutient son doctorat à l’université de Helmstedt, sur le théorème fondamental de l’algèbre.

L’année 1801 voit la publication de Disquisitiones arithmeticae, qui contient un exposé très clair sur l’arithmétique modulaire, et qui apporte d’importantes avancées en théorie des nombres, notamment la première preuve de la loi de réciprocité quadratique.

En 1809, il publie un travail d’une importance capitale sur le mouvement des corps célestes qui contient le développement de la méthode des moindres carrés, une procédure utilisée depuis, dans toutes les sciences, pour minimiser l’impact d’une erreur de mesure. Il prouve l’exactitude de la méthode dans l’hypothèse d’erreurs normalement distribuées.

Il mène en 1831 une collaboration fructueuse avec le professeur de physique Wilhelm Weber qui aboutit à des résultats sur le magnétisme, à l’origine de la découverte des lois de Kirchhoff en électricité. Il mène à la construction d’un télégraphe primitif. Il est également l’auteur de deux des quatre équations de Maxwell, qui constituent une théorie globale de l’électromagnétisme. La loi de Gauss pour les champs électriques exprime qu’une charge électrique crée un champ électrique divergent. Sa loi pour les champs magnétiques énonce qu’un champ magnétique divergent vaut 0, c’est-à-dire qu’il n’existe pas de monopôle magnétique. Les lignes de champ sont donc obligatoirement fermées.

- Disquisitiones Arithmeticae sur Gallica (en latin) / en français)


info portfolio

titre documents joints


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette | Contact site : marc.monticelli [at] unice [point] fr