turing
A propos de l'Espace-Turing | Partenaires | Nous contacter
twitterfacebookrssyoutube
Accueil > Historique > Historique > Naissance de « Max Dehn », mathématicien allemand

Naissance de « Max Dehn », mathématicien allemand

13 novembre 1878

Voir en ligne : Sur le site d’Images des Mathématiques (CNRS)

Il a étudié les fondations de la géométrie avec Hilbert à Göttingen en 1899, et obtenu une preuve du théorème de Jordan pour les polygones. En 1900, il a soutenu sa thèse sur le rôle du théorème de la somme des angles de Legendre dans la géométrie axiomatique. En 1900, il a aussi résolu le troisième problème de Hilbert. Il était en poste de 1900 à 1911 à l’université de Münster.

Ses intérêts se tournent ensuite vers la topologie et la théorie combinatoire des groupes. En 1907, il écrit avec Poul Heegaard le premier livre sur les fondations de la topologie combinatoire, alors connue sous le nom de analysis situs. En 1907 encore, il décrit la construction d’une nouvelle sphère homologique. En 1908, il pense avoir démontré la conjecture de Poincaré, mais Tietze trouve une erreur.

En 1910, Dehn publie un article sur la topologie en dimension trois dans lequel il introduit la chirurgie de Dehn et l’utilise pour construire des sphères homologiques. Il énonce aussi le lemme de Dehn, mais une erreur est trouvée dans la preuve par Hellmuth Kneser en 1929. Ce lemme sera démontré en 1957 par Christos Papakyriakopoulos.

Dehn introduit en 1911 le problème du mot pour les groupes. En 1912, il invente l’algorithme de Dehn et l’utilise dans son travail sur le problème du mot et le problème de conjugaison dans les groupes. En 1914, il démontre que les nœuds de trèfle gauche et droit ne sont pas équivalents. Au début des années 1920, Dehn introduit le résultat aujourd’hui connu comme le théorème de Dehn-Nielsen. Sa preuve sera publiée en 1927 par Jakob Nielsen.

En 1922, Dehn succède à Ludwig Bieberbach à Francfort où il reste jusqu’à sa retraite forcée en 1935. Il reste en Allemagne jusqu’en janvier 1939, où il part pour Copenhague et de là vers Trondheim en Norvège où il prend un poste à l’université technique. En octobre 1940, il quitte la Norvège pour les États-Unis en passant par la Sibérie et le Japon.


info portfolio

titre documents joints


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette | Contact site : marc.monticelli [at] unice [point] fr