turing
A propos de l'Espace-Turing | Partenaires | Nous contacter
twitterfacebookrssyoutube
Accueil > Historique > Historique > Naissance de « Omar Khayyam », écrivain et savant persan

Naissance de « Omar Khayyam », écrivain et savant persan

18 mai 1048

Voir en ligne : http://fr.wikipedia.org/wiki/Omar_K...
JPEG - 19.4 ko

L’écrivain et savant persan connu en francophonie sous le nom d’Omar Khayyām ou de Khayyām serait né le 18 mai 1048 à Nichapur en Perse (actuel Iran) où il est mort le 4 décembre 1131.
On peut aussi trouver son nom orthographié Omar Khayam comme dans les traductions d’Armand Robin (1958) ou de M. F. Farzaneh et Jean Malaplate (dans l’édition critique de Sadegh Hedayat, Corti, 1993).

Omar Khayyâm est considéré comme « l’un des plus grands mathématiciens du Moyen âge. » Mais ses travaux algébriques ne furent connus en Europe qu’au xixe siècle.

Dans ses Démonstrations de problèmes d’algèbre de 1070, Khayyam démontre que les équations cubiques peuvent avoir plus d’une racine. Il fait état aussi d’équations ayant deux solutions, mais n’en trouve pas à trois solutions. C’est le premier mathématicien qui ait traité systématiquement des équations cubiques, en employant d’ailleurs des tracés de coniques pour déterminer le nombre des racines réelles et les évaluer approximativement. Outre son traité d’algèbre, Omar Khayyâm a écrit plusieurs textes sur l’extraction des racines cubiques et sur certaines définitions d’Euclide, et a construit des tables astronomiques connues sous le nom de Zidj-e Malikshahi

Directeur de l’observatoire d’Ispahan en 1074, il réforme, à la demande du sultan Malik Shah, le calendrier persan (la réforme est connue sous le nom de réforme jelaléenne). Il introduit à la manière du calendrier julien une année bissextile et mesure la longueur de l’année comme étant de 365,24219858156 jours. Or la longueur de l’année change à la sixième décimale pendant une vie humaine. L’estimation djélaléenne se montrera plus exacte que la grégorienne créée cinq siècles plus tard, bien que leur résultat pratique soit exactement le même, une année devant comporter un nombre entier de jours. À la fin du xixe siècle, l’année fait 365,242196 jours et aujourd’hui 365,242190 jours.


info portfolio

titre documents joints


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette | Contact site : marc.monticelli [at] unice [point] fr